Précédent Index Suivant
Chapitre 3 Apprentissage automatique : les réseaux de neurones
3.1 Introduction

Comment l'homme fait-il pour raisonner, parler, calculer, apprendre, ...? Comment s'y prendre pour créer une ou de l'intelligence artificielle ? Deux types d'approches ont été essentiellement explorées :

La seconde approche a donc menée à la définition et l'étude de réseaux de neurones formels qui sont des réseaux complexes d'unités de calcul élémentaire interconnectées. Il existe deux courants de recherche sur les réseaux de neurones : un premier motivé par l'étude et la modélisation des phénomènes naturels d'apprentissage à l'aide de réseaux de neurones, la pertinence biologique est importante ; un second motivé par l'obtention d'algorithmes efficaces ne se préoccupant pas de la pertinence biologique. Nous nous plaçons du point de vue du second groupe. En effet, bien que les réseaux de neurones formels aient été définis à partir de considérations biologiques, pour la plupart d'entre eux, et en particulier ceux étudiés dans ce cours, de nombreuses caractéristiques biologiques (le temps, la mémoire, ...) ne sont pas prises en compte. Toutefois, nous donnons, dans la suite de cette introduction, un bref aperçu de quelques propriétés élémentaires de neurophysiologie qui permettent au lecteur de relier neurones réels et neurones formels. Nous donnons ensuite un rapide historique des réseaux de neurones. Enfin, nous donnons une classification des différents types de réseau et les principales applications.

3.1.1 Quelques éléments de physiologie du cerveau

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte :




Figure 3.1 : Les neurones schématisés


Les neurones reçoivent les signaux (impulsions électriques) par des extensions très ramifiées de leur corps cellulaire (les dendrites) et envoient l'information par de longs prolongements (les axones). Les impulsions électriques sont régénérées pendant le parcours le long de l'axone. La durée de chaque impulsion est de l'ordre d'1 ms et son amplitude d'environ 100 mvolts.

Les contacts entre deux neurones, de l'axone à une dendrite, se font par l'intermédiaire des synapses. Lorsqu'un potentiel d'action atteint la terminaison d'un axone, des neuromédiateurs sont libérés et se lient à des récepteurs post-synaptiques présents sur les dendrites. L'effet peut être excitateur ou inhibiteur.

Chaque neurone intègre en permanence jusqu'à un millier de signaux synaptiques. Ces signaux n'opèrent pas de manière linéaire (effet de seuil).


Quelques informations en vrac :

Nous conseillons sur le sujet deux livres accessibles au profane et passionnants : L'homme neuronal de Jean-Pierre Changeux et La biologie de la conscience de Gerald Edelman. Pour un survol de quelques pages, voir [Kor97]. Pour ceux que l'anglais n'effraie pas et qui aiment les bandes dessinées, voir [GZ98]. Les recherches sur la physiologie du cerveau sont actuellement très actives.

3.1.2 Le connexionnisme et les réseaux de neurones formels

La question fondamentale du connexionnisme est :

comment rendre compte des processus cognitifs à partir d'un ensemble d'unités, dotées chacunes d'une faible puissance de calcul et interconnectées en réseau ?
La définition de réseaux de neurones formels et l'expérimentation menée sur ces réseaux permettent d'étudier et de tester cette hypothèse. Citons quelques étapes dans la formalisation des réseaux de neurones :

3.1.3 Classification des réseaux de neurones

Un réseau de neurones formels est constitué d'un grand nombre de cellules de base interconnectées. De nombreuses variantes sont définies selon le choix de la cellule élémentaire, de l'architecture du réseau et de la dynamique du réseau.

Une cellule élémentaire peut manipuler des valeurs binaires ou réelles. Les valeurs binaires sont représentées par 0 et 1 ou -1 et 1. Différentes fonctions peuvent être utilisées pour le calcul de la sortie. Le calcul de la sortie peut être déterministe ou probabiliste.

L'architecture du réseau peut être sans rétroaction, c'est à dire que la sortie d'une cellule ne peut influencer son entrée. Elle peut être avec rétroaction totale ou partielle.

La dynamique du réseau peut être synchrone : toutes les cellules calculent leurs sorties respectives simultanément. La dynamique peut être asynchrone. Dans ce dernier cas, on peut avoir une dynamique asynchrone séquentielle : les cellules calculent leurs sorties chacune à son tour en séquence ou avoir une dynamique asynchrone aléatoire.

Par exemple, si on considère des neurones à sortie stochastique -1 ou 1 calculée par une fonction à seuil basée sur la fonction sigmoïde, une interconnection complète et une dynamique synchrone, on obtient le modèle de Hopfield et la notion de mémoire associative.

Si on considère des neurones déterministes à sortie réelle calculée à l'aide de la fonction sigmoïde, une architecture sans rétroaction en couches successives avec une couche d'entrées et une couche de sorties, une dynamique asynchrone séquentielle, on obtient le modèle du Perceptron multi-couches (PMC) qui sera étudié dans les paragraphes suivants.

3.1.4 Applications des réseaux de neurones

Les principales applications des réseaux de neurones sont l'optimisation et l'apprentissage. En apprentissage, les réseaux de neurones sont essentiellement utilisés pour : Pour ces trois types d'apprentissage, il y a également un choix traditionnel entre :

Nous nous limitons, dans ce cours, à l'apprentissage supervisé à partir d'une base d'exemples. Dans ce cadre, l'apprentissage à l'aide de réseaux de neurones est bien adapté pour l'apprentissage à partir de données complexes (images sur une rétine, sons, ...) mais aussi à partir de données symboliques. Les entrées peuvent être représentées par de nombreux attributs à valeurs réelles ou symboliques, les attributs pouvant être dépendants ou non. La ou les sorties peuvent être réelles ou discrètes. L'apprentissage à l'aide de réseaux de neurones est tolérant au bruit et aux erreurs. Le temps d'apprentissage peut être long, par contre, après apprentissage, le calcul des sorties à partir d'un vecteur d'entrée est rapide. La critique principale est que le résultat de l'apprentissage, c'est-à-dire le réseau de neurones calculé par l'algorithme d'apprentissage, n'est pas interprétable par l'utilisateur : on ne peut pas donner d'explication au calcul d'une sortie sur un vecteur d'entrée. On parle de << boîte noire >>. Ceci est la principale différence entre réseaux de neurones et arbres de décision. Si l'utilisateur a besoin de pouvoir interpréter le résultat de l'apprentissage, il choisira un système basé sur les arbres de décision, sinon les deux méthodes sont concurrentes.

Nous n'étudions que le perceptron, brique de base des modèles plus complexes, et le perceptron multi-couches (PMC). L'accent sera mis sur les algorithmes d'apprentissage pour ces deux modèles, en particulier sur l'algorithme de rétropropagation du gradient appliqué aux PMC. Cet algorithme est, en effet, le premier algorithme d'apprentissage convaincant dans un modèle suffisamment puissant et cet algorithme a de nombreuses applications.

3.2 Le Perceptron

Le perceptron est un modèle de réseau de neurones avec algorithme d'apprentissage créé par Frank Rosenblatt en 1958. La version ci-dessous est simplifiée par rapport à l'originale. Vous trouverez une description de cette dernière dans l'exercice ??.

3.2.1 Définition du Perceptron

Définition 5   Un perceptron linéaire à seuil (voir figure ??) prend en entrée n valeurs x1,..., xn et calcule une sortie o. Un perceptron est défini par la donnée de n+1 constantes : les coefficients synaptiques w1, ..., wn et le seuil (ou le biais) q. La sortie o est calculée par la formule :

o = ì
ï
í
ï
î
1
si
 
å
i
wixi > q
0 sinon




Figure 3.2 : Le perceptron avec seuil


Les entrées x1,..., xn peuvent être à valeurs dans {0,1} ou réelles, les poids peuvent être entiers ou réels. Une variante très utilisée de ce modèle est de considérer une fonction de sortie prenant ses valeurs dans {-1,1} plutôt que dans {0,1}. Il existe également des modèles pour lesquels le calcul de la sortie est probabiliste. Dans la suite de cette partie sur le perceptron, nous considérerons toujours le modèle déterministe avec une sortie calculée dans {0,1}.

Pour simplifier les notations et certaines preuves, nous allons remplacer le seuil par une entrée supplémentaire x0 qui prend toujours comme valeur d'entrée la valeur x0=1. À cette entrée est associée un coefficient synaptique w0. Le modèle correspondant est décrit dans la figure ??. On peut décomposer le calcul de la sortie o en un premier calcul de la quantité Si wixi appelée potentiel post-synaptique ou l'entrée totale suivi d'une application d'une fonction d'activation sur cette entrée totale. La fonction d'activation est la fonction de Heaviside définie par :
f(x) = ì
í
î
1 x > 0
0 sinon




Figure 3.3 : Le perceptron avec entrée supplémentaire


Bien que considérant une entrée supplémentaire x0, un perceptron est toujours considéré comme associant une sortie o aux n entrées x1,...,xn. L'équivalence entre le modèle avec seuil et le modèle avec entrée supplémentaire à 1 est immédiate : le coefficient w0 est l'opposé du seuil q. Nous considérerons toujours ce dernier modèle de perceptron linéaire à seuil par la suite.

Pour passer du modèle avec sorties à valeurs dans {0,1} au modèle à valeurs dans {-1,1}, il suffit de remplacer la fonction de Heaviside f par la fonction g définie par : g(x) = 2f(x) - 1. D'autres fonctions d'activation peuvent également être utilisées.

Exemple 10   Un perceptron qui calcule le OU logique avec les deux versions : seuil ou entrée supplémentaire est présenté dans la figure ??.




Figure 3.4 : perceptrons qui calculent le OU


On voit que quelques uns des traits principaux des neurones réels ont été retenus dans la définition du perceptron : les entrées modélisent les dendrites, les impulsions en entrée sont pondérées par les coefficients synaptiques et l'impulsion émise, c'est-à-dire la sortie, obéit à un effet de seuil (pas d'impulsion si l'entrée totale est trop faible).

Un perceptron à n entrées réelles (respectivement binaires) est une fonction de Rn (respectivement {0,1}n) dans {0,1}. Si l'on veut faire le lien avec les chapitres précédents, on peut voir les neurones d'entrées comme décrivant un espace de description avec des attributs réels (respectivement binaires) et le perceptron comme une procédure de classification binaire (c'est-à-dire en deux classes) sur cet espace. Un système d'apprentissage à base de perceptrons doit générer, à partir d'un ensemble d'apprentissage, une hypothèse qui est un perceptron. Nous nous intéressons, dans la section suivante, à cet espace d'hypothèses, c'est-à-dire à l'étude des fonctions calculables par perceptron.

3.2.2 Interprétation géométrique et limitations

Définition 6   Soit S un ensemble d'exemples dans Rn × { 0,1} . On note S0 = { s Î Rn | (s,0) Î S } et S1 = { s Î Rn | (s,1) Î S } . On dit que S est linéairement séparable s'il existe un hyperplan H de Rn tel que les ensembles S0 et S1 soient situés de part et d'autre de cet hyperplan.

Théorème 2   Un perceptron linéaire à seuil à n entrées divise l'espace des entrées Rn en deux sous-espaces délimités par un hyperplan. Réciproquement, tout ensemble linéairement séparable peut être discriminé par un perceptron.

Démonstration : Il suffit pour s'en convaincre de se rappeler que l'équation d'un hyperplan dans un espace de dimension n est de la forme :
a1x1 + ... + anxn = b

Un perceptron est donc un discriminant linéaire. On montre facilement qu'un échantillon de Rn est séparable par un hyperplan si et seulement si l'échantillon de Rn+1 obtenu en rajoutant une entrée toujours égale à 1 est séparable par un hyperplan passant par l'origine.

Toute fonction de Rn dans {0,1} est-elle calculable par perceptron ? La réponse est évidemment non. De même, toute fonction booléenne peut-elle être calculée par un perceptron ? La réponse est également non. Le contre-exemple le plus simple est le << OU exclusif >> (XOR) sur deux variables.

Théorème 3   Le XOR ne peut pas être calculé par un perceptron linéaire à seuil.

Démonstration :


Démonstration algébrique : Supposons qu'il existe un perceptron défini par les coefficients synaptiques (w0,w1, w2) calculant le XOR sur deux entrées booléennes x1 et x2. On devrait avoir :

w0 + 0 w1 + 0 w2 = w0 £ 0     (3.1)
w0 + 0 w1 + 1 w2 = w0 + w2 > 0     (3.2)
w0 + 1 w1 + 0 w2 = w0 +w1 > 0     (3.3)
w0 + 1 w1 + 1 w2 = w0 + w1 + w2 £ 0     (3.4)

Il suffit d'additionner l'équation ?? et l'équation ?? d'une part, l'équation ?? et l'équation ?? d'autre part pour se rendre compte que l'hypothèse est absurde.


Démonstration géométrique : on << voit >> bien qu'aucune droite ne peut séparer les points de coordonnées (0,0) et (1,1) des points de coordonnées (0,1) et (1,0) (voir Figure ??). Si on considère une entrée x0=1, il n'existe pas de plan passant par l'origine qui sépare les points de coordonnées (1,0,0) et (1,1,1) des points de coordonnées (1,0,1) et (1,1,0).




Figure 3.5 : Comment trouver une droite séparant les points (0,0) et (1,1) des points (0,1) et (1,0) ?


3.2.3 Algorithme d'apprentissage par correction d'erreur

Présentation de l'algorithme

Étant donné un échantillon d'apprentissage S de Rn × {0,1} (respectivement {0,1}n × {0,1}), c'est-à-dire un ensemble d'exemples dont les descriptions sont sur n attributs réels (respectivement binaires) et la classe est binaire, il s'agit de trouver un algorithme qui infère à partir de S un perceptron qui classifie correctement les éléments de S au vu de leurs descriptions si c'est possible ou au mieux sinon.

Exemple 11   Pour apprendre la notion de chiffre pair ou impair, on peut considérer un échantillon composé des 10 chiffres écrits sur une rétine à 7 leds.




Figure 3.6 : Les 10 chiffres sur une rétine à 7 leds


En représentant chaque chiffre par le symbole qui le désigne habituellement, un échantillon d'apprentissage complet est :

S = {(1111110,0), (0110000,1), (1101101,0), (1111001,1), (0010011,0), (1011011,1), (0011111,0), (1110000,1), (1111111,0), (1111011,1)}. Le but sera d'inférer, à partir de S, un perceptron qui prend ses entrées dans {0,1}7 et qui retourne la classe 0 si le vecteur d'entrée correspond à un chiffre pair et 1 sinon. Sur cet exemple, l'échantillon S est complet (toutes les entrées possibles sont décrites). Il est fréquent, pour les problèmes concrets, d'avoir un échantillon non complet.

L'algorithme d'apprentissage peut être décrit succinctement de la manière suivante. On initialise les poids du perceptron à des valeurs quelconques. A chaque fois que l'on présente un nouvel exemple, on ajuste les poids selon que le perceptron l'a correctement classé ou non. L'algorithme s'arrête lorsque tous les exemples ont été présentés sans modification d'aucun poids.

Dans la suite, nous noterons x® une description qui sera un élément de Rn ou {0,1}n. La i-ème composante de x® sera notée xi. Un échantillon S est un ensemble de couples (x®,c) où c est la classe de x®. Lorsqu'il sera utile de désigner un élément particulier de S, nous noterons (x®s,cs) le s-ième élément de S. xis désignera la i-ème composante du vecteur d'entrée x®s. Si une entrée x®s est présentée en entrée d'un perceptron, nous noterons os la sortie binaire calculée par le perceptron. Nous rappelons qu'il existe une n+1-ième entrée x0 de valeur 1 pour le perceptron.

L'algorithme d'apprentissage par correction d'erreur du perceptron linéaire à seuil est :

Algorithme par correction d'erreur:
Entrée : un échantillon S de Rn × {0,1} ou {0,1}n × {0,1}
Initialisation aléatoire des poids wi pour i entre 0 et n
Répéter
Prendre un exemple (x®,c) dans S
Calculer la sortie o du perceptron pour l'entrée x®
- - Mise à jour des poids - -
Pour i de 0 à n
wi ¬ wi + (c-o)xi
finpour
finRépéter
Sortie : Un perceptron P défini par (w0, w1, ..., wn)

La procédure d'apprentissage du perceptron est une procédure de correction d'erreur puisque les poids ne sont pas modifiés lorsque la sortie attendue c est égale à la sortie calculée o par le perceptron courant. Étudions les modifications sur les poids lorsque c diffère de o :

Remarquons que, en phase de calcul, les constantes du perceptron sont les poids synaptiques alors que les variables sont les entrées. Tandis que, en phase d'apprentissage, ce sont les coefficients synaptiques qui sont variables alors que les entrées de l'échantillon S apparaissent comme des constantes.

Certains éléments importants ont été laissés volontairement imprécis. En premier lieu, il faut préciser comment est fait le choix d'un élément de S : aléatoirement ? En suivant un ordre prédéfini ? Doivent-ils être tous présentés ? Le critère d'arrêt de la boucle principale de l'algorithme n'est pas défini : après un certain nombre d'étapes ? Lorsque tous les exemples ont été présentés ? Lorsque les poids ne sont plus modifiés pendant un certain nombre d'étapes ? Nous reviendrons sur toutes ces questions par la suite. Tout d'abord, examinons le comportement de l'algorithme sur deux exemples :

Exemple 12   Apprentissage du OU : les descriptions appartiennent à {0,1}2, les entrées du perceptron appartiennent à {0,1}3, la première composante correspond à l'entrée x0 et vaut toujours 1, les deux composantes suivantes correspondent aux variables x1 et x2 . On suppose qu'à l'initialisation, les poids suivants ont été choisis : w0=0 ; w1 = 1 et w2 = -1. On suppose que les exemples sont présentés dans l'ordre lexicographique.


étape w0 w1 w2 Entrée S02 wi xi o c w0 w1 w2
init               0 1 -1
1 0 1 -1 100 0 0 0 0+0x1 1+0x0 -1+0x0
2 0 1 -1 101 -1 0 1 0+1x1 1+1x 0 -1+1x1
3 1 1 0 110 2 1 1 1 1 0
4 1 1 0 111 2 1 1 1 1 0
5 1 1 0 100 1 1 0 1+(-1)x1 1+(-1)x0 0+(-1)x0
6 0 1 0 101 0 0 1 0+1x1 1+1x0 0+1x1
7 1 1 1 110 2 1 1 1 1 1
8 1 1 1 111 3 1 1 1 1 1
9 1 1 1 100 1 1 0 1+(-1)x1 1+(-1)x0 1 +(-1)x0
10 0 1 1 101 1 1 1 0 1 1



Aucune entrée ne modifie le perceptron à partir de cette étape. Vous pouvez aisément vérifier que ce perceptron calcule le OU logique sur les entrées
x1 et x2.

Exemple 13   Apprentissage d'un ensemble linéairement séparable : les descriptions appartiennent à R2, le concept cible est défini à l'aide de la droite d'équation y=x/2. Les couples (x,y) tels que y>x/2 sont de classe 1 ; Les couples (x,y) tels que y £ x/2 sont de classe 0. L'échantillon d'entrée est S={((0,2),1), ((1,1),1), ((1,2.5),1), ((2,0),0), ((3,0.5),0)}. On suppose qu'à l'initialisation, les poids suivants ont été choisis : w0=0 ; w1 = 0 et w2 = 0. On choisit de présenter tous les exemples en alternant exemple positif (de classe 1) et exemple négatif.


étape w0 w1 w2 Entrée S02 wi xi o c w0 w1 w2
init               0 0 0
1 0 0 0 (1,0,2) 0 0 1 1 0 2
2 1 0 2 (1,2,0) 1 1 0 0 -2 2
3 0 -2 2 (1,1,1) 0 0 1 1 -1 3
4 1 -1 3 (1,3,0.5) -0.5 0 0 1 -1 3
5 1 -1 3 (1,1,2.5) 7.5 1 1 1 -1 3



Aucune entrée ne modifie le perceptron à partir de cette étape car ce perceptron classifie correctement tous les exemples de
S. Le perceptron de sortie associe la classe 1 aux couples (x,y) tels que y>x/3 - 1/3.




Figure 3.7 : échantillon S ; hyperplans séparateurs cible et appris



Dans les deux exemples, l'échantillon d'apprentissage est un ensemble linéairement séparable. Lors de la phase d'apprentissage, tous les exemples sont présentés jusqu'à la convergence, c'est-à-dire jusqu'à ce qu'une présentation complète des exemples n'entraîne aucune modification de l'hypothèse en cours. Nous démontrons, dans la section suivante, que ceci est un résultat général.

Théorème d'apprentissage par correction d'erreur

Théorème 4   Si l'échantillon S est linéairement séparable et si les exemples sont présentés équitablement (c'est-à-dire que la procédure de choix des exemples n'en exclut aucun), la procédure d'apprentissage par correction d'erreur converge vers un perceptron linéaire à seuil qui calcule S.



Démonstration :

Soit un échantillon d'entrée sur n variables réelles (le cas de variables binaires s'en déduit), soit S l'échantillon obtenu en ajoutant une n+1-ième entrée x0 toujours égale à 1, par hypothèse l'échantillon est linéairement séparable, donc il existe un hyperplan de Rn+1 passant par l'origine qui sépare S, soit encore, il existe un vecteur v®=(v0,..., vn) de Rn+1 tel que :
" (
®
x
 
,1)Î S  
®
x
 
.
®
v
 
=
n
å
i=0
xi vi >0 et " (
®
x
 
,0)Î S  
®
x
 
.
®
v
 
<0     (3.5)

Comme S est fini, cela implique qu'il existe un réel d strictement positif tel que :

" (
®
x
 
,1)Î S  
®
x
 
.
®
v
 
>d et " (
®
x
 
,0)Î S  
®
x
 
.
®
v
 
<-d     (3.6)

Soit w®0 le vecteur des poids synaptiques choisi à l'initialisation de l'algorithme, soit (w®i)i Î I la suite des valeurs successives différentes des vecteurs de poids au cours de l'exécution de l'algorithme, c'est-à-dire que l'on suppose que, pour tout i, w®i ¹ w®i+1 (le lecteur remarquera qu'il se peut que le vecteur w®i reste inchangé pour un certain nombre d'exemples). Supposons que l'algorithme d'apprentissage ne s'arrête pas, la présentation des exemples étant équitable, ceci implique qu'il y a une infinité de w®i. Nous allons montrer que cette hypothèse est absurde.

Soit M un majorant de {x®2 | (x®,c) Î S}, nous allons calculer des bornes pour w®i2 et w®i.v®. Lors du passage de w®i à w®i+1 , deux cas peuvent se produire :

premier cas :
l'exemple (x®,c) vérifie c=1 et la sortie calculée sur cette entrée par le perceptron courant est o=0. o=0 donc x®.w®i £ 0 ; c=1 donc x®.v® > 0. D'après la règle de mise à jour des poids, on a w®i+1= w®i + x®. On en déduit que :


soit
®
w
 
i+12 £
®
w
 
i2 +M et
®
w
 
i+1.
®
v
 
>
®
w
 
i.
®
v
 
+ d     (3.7)

deuxième cas :
l'exemple (x®,c) vérifie c=0 et la sortie calculée sur cette entrée par le perceptron courant est o=1. o=1 donc x®.w®i > 0 ; c=0 donc x®.v® £ 0. D'après la règle de mise à jour des poids, on a w®i+1= w®i - x®. On montre de même que :

®
w
 
i+12 <
®
w
 
i2 +M et
®
w
 
i+1.
®
v
 
³
®
w
 
i.
®
v
 
+ d     (3.8)
Par conséquent, à l'aide des inégalités ?? et ??, nous déduisons que, pour tout i ³ 0, on a :

®
w
 
i+12 £
®
w
 
i2 +M et
®
w
 
i+1.
®
v
 
³
®
w
 
i.
®
v
 
+ d     (3.9)

D'où, pour tout i ³ 1, nous obtenons :

®
w
 
i2 £
®
w
 
02 +iM et
®
w
 
i.
®
v
 
³
®
w
 
0.
®
v
 
+ id     (3.10)

Comme d>0, il existe un entier i0 tel que , pour tout i ³ i0, w®0.v® + id>0, en utilisant les inégalités de ??, nous obtenons que, pour tout i ³ i0,

(
®
w
 
0.
®
v
 
+ id)2 £ (
®
w
 
i.
®
v
 
)2 =
®
w
 
i2
®
v
 
2 £ (
®
w
 
02 +iM)
®
v
 
2     (3.11)

Cette inégalité nous amène à la contradiction recherchée. En effet, le terme de gauche est un polynôme de degré 2 en i majoré par le terme de droite qui est linéaire en i.

Critiques sur la méthode par correction d'erreur

Nous venons de démontrer que si l'échantillon est linéairement séparable, si tous les exemples sont présentés équitablement et que le critère d'arrêt est la stabilité de l'hypothèse après une présentation complète de l'échantillon alors l'algorithme s'arrête avec un perceptron qui classifie correctement l'échantillon d'apprentissage.

Que se passe-t-il si l'échantillon d'entrée n'est pas linéairement séparable ? L'inconvénient majeur de cet algorithme est que si l'échantillon présenté n'est pas linéairement séparable, l'algorithme ne convergera pas et l'on aura aucun moyen de le savoir. On pourrait penser qu'il suffit d'observer l'évolution des poids synaptiques pour en déduire si l'on doit arrêter ou non l'algorithme. En effet, si les poids et le seuil prennent deux fois les mêmes valeurs sans que le perceptron ait appris et alors que tous les exemples ont été présentés, cela signifie d'après le théorème précédent que l'échantillon n'est pas séparable. Et l'on peut penser que l'on peut borner les poids et le seuil en fonction de la taille de la rétine. C'est vrai mais les résultats de complexité énoncés ci-dessous (sans démonstration) montrent que cette idée n'est pas applicable en pratique.

Théorème 5  
  1. Toute fonction booléenne linéairement séparable sur n variables peut être implantée par un perceptron dont les poids synaptiques entiers wi sont tels que é wi ù £ (n+1)n+1/2.

  2. Il existe des fonction booléennes linéairement séparables sur n variables qui requièrent des poids entiers supérieurs à 2n+1/2.

Ces résultats sont assez décevants. Le premier montre que l'on peut borner les poids synaptiques en fonction de la taille de la rétine, mais par un nombre tellement grand que toute application pratique de ce résultat semble exclue. Le second résultat montre en particulier que l'algorithme d'apprentissage peut nécessiter un nombre exponentiel d'étapes (en fonction de la taille de la rétine) avant de s'arrêter. En effet, les poids ne varient qu'au plus d'une unité à chaque étape.

Même lorsque l'algorithme d'apprentissage du perceptron converge, rien ne garantit que la solution sera robuste, c'est-à-dire qu'elle ne sera pas remise en cause par la présentation d'un seul nouvel exemple. Pour s'en persuader, il suffit de se reporter à l'exemple ??. Supposons qu'on ajoute l'exemple ((3,1),0), cet exemple remet en cause l'hypothèse générée car le perceptron sorti par notre algorithme associe la classe 1 à la description (3,1). Un << bon >> algorithme d'apprentissage devrait produire une solution robuste. Graphiquement, si on considère un échantillon linéairement séparable, une solution robuste serait << à mi-chemin >> entre les points de classe 1 et de classe 0 comme le montre la Figure ??.




Figure 3.8 : Un nouvel exemple peut remettre en cause le perceptron appris.


Pire encore, cet algorithme n'a aucune tolérance au << bruit >> : si du bruit, c'est-à-dire une information mal classée, vient perturber les données d'entrée, le perceptron ne convergera jamais. En effet, des données linéairement séparables peuvent ne plus l'être à cause du bruit. En particulier, les problèmes non-déterministes, c'est-à-dire pour lesquels une même description peut représenter des éléments de classes différentes ne peuvent pas être traités à l'aide d'un perceptron. Si on considère les données de l'exemple présenté dans la Figure ??, les données ne sont pas linéairement séparables, mais un << bon >> algorithme d'apprentissage pour le perceptron devrait être capable de produire un séparateur linéaire comme celui qui est présenté dans cette même figure, ce qui n'est pas le cas de l'algorithme par correction d'erreur.




Figure 3.9 : Apprentissage en présence de bruit


Le but des sections suivantes est de présenter des algorithmes d'apprentissage du perceptron qui produisent des solutions robustes pour des échantillons linéairement séparables et des solutions << approximatives >> pour des échantillons non linéairement séparables.

3.2.4 Apprentissage par descente de gradient

Introduction

Plutôt que d'obtenir un perceptron qui classifie correctement tous les exemples, il s'agira maintenant de calculer une erreur et d'essayer de minimiser cette erreur. Pour introduire cette notion d'erreur, on utilise des poids réels et on élimine la notion de seuil (ou d'entrée supplémentaire), ce qui signifie que la sortie sera égale au potentiel post-synaptique et sera donc réelle.

Définition 7   Un perceptron linéaire prend en entrée un vecteur x® de n valeurs x1,..., xn et calcule une sortie o. Un perceptron est défini par la donnée d'un vecteur w® de n constantes : les coefficients synaptiques w1, ..., wn. La sortie o est définie par :

o=
®
x
 
.
®
w
 
=
n
å
i=1
wi xi     (3.12)

L'erreur d'un perceptron P défini par w®=(w1,...,wn) sur un échantillon d'apprentissage S d'exemples (x®s,cs) est définie en utilisant la fonction erreur quadratique par :

E(
®
w
 
) = 1/2
 
å
(
®
x
 
s,cs)Î S
(cs - os)2     (3.13)

os est la sortie calculée par P sur l'entrée x®s. L'erreur mesure donc l'écart entre les sorties attendue et calculée sur l'échantillon complet. On remarque que E(w®) = 0 si et seulement si le perceptron classifie correctement l'échantillon complet.

On suppose S fixé, le problème est donc de déterminer un vecteur w® qui minimise E(w®). Une méthode qui permet de rechercher le minimum d'une fonction est d'utiliser la méthode du gradient. Cette méthode est rappelée maintenant :

Méthode du gradient

Soit f une fonction d'une variable réelle à valeurs réelles, suffisamment dérivable dont on recherche un minimum. La méthode du gradient construit une suite xn qui doit en principe s'approcher du minimum. Pour cela, on part d'une valeur quelconque x0 et l'on construit la suite récurrente par : pour tout n > 0, xn+1 = xn + D xn avec D xn = - e f'(xn) où e est une valeur << bien >> choisie.

On a : f(xn+1) = f(xn - e f'(xn)) » f(xn) - e (f'(xn))2 d'après le théorème des approximations finies si e f'(xn) est << suffisamment >> petit. On voit que, sous réserve de la correction de l'approximation, f(xn+1) est inférieur à f(xn).




Figure 3.10 : La méthode du gradient


On remarque que xn+1 est d'autant plus éloigné de xn que la pente de la courbe en xn est grande. On peut décider d'arrêter l'itération lorsque cette pente est suffisamment faible. Les inconvénients bien connus de cette méthode sont :

  1. le choix de e est empirique,
  2. si e est trop petit, le nombre d'itérations peut être très élevé,
  3. si e est trop grand, les valeurs de la suite risquent d'osciller autour du minimum sans converger,
  4. rien ne garantit que le minimum trouvé est un minimum global.
Algorithme d'apprentissage par descente de gradient

E est une fonction des n variables wi. La méthode du gradient a été rappelée dans le cas d'une variable réelle, mais cette méthode peut être étendue au cas de fonctions de plusieurs variables réelles. Pour mettre en oeuvre la méthode appliquée à la fonction erreur quadratique E, nous allons, tout d'abord, évaluer la dérivée partielle de E par rapport à wi, pour tout i. On a :

E(
®
w
 
)
wi
=
wi
1
2
 
å
S
(cs - os)2=
1
2
 
å
S
wi
(cs - os)2=
1
2
 
å
S
2 (cs - os)
wi
(cs - os)=
 
å
S
(cs - os)
wi
(cs -
®
w
 
.
®
x
 
s)=
 
å
S
(cs - os) (-xis)

xis est la ième composante du vecteur x®s. L'application de la méthode du gradient nous invite donc à modifier le poids wi après une présentation complète de S d'une quantité D wi définie par :

D wi = - e ×
E(
®
w
 
)
wi
= e
 
å
S
(cs - os) xis     (3.14)

L'algorithme d'apprentissage par descente de gradient du perceptron linéaire peut maintenant être défini :

Algorithme par descente de gradient :
Entrée : un échantillon S de Rn × {0,1} ; e
Initialisation aléatoire des poids wi pour i entre 1 et n
Répéter
Pour tout i D wi ¬ 0 finPour
Pour tout exemple (x®s,cs) de S
calculer la sortie os
Pour tout i D wi ¬ D wi + e (cs - os) xis finPour
finPour
Pour tout i wi ¬ wi + D wi finPour
finRépéter
Sortie : Un perceptron P défini par (w1, ..., wn)

La fonction erreur quadratique ne possède qu'un minimum (la surface est une paraboloïde). L'algorithme précédent est assuré de converger, même si l'échantillon d'entrée n'est pas linéairement séparable, vers un minimum de la fonction erreur pour un e bien choisi suffisamment petit. Si e est trop grand, on risque d'osciller autour du minimum. Pour cette raison, une modification classique est de diminuer graduellement la valeur de e en fonction du nombre d'itérations. Le principal défaut est que la convergence peut être très lente et que chaque étape nécessite le calcul sur tout l'ensemble d'apprentissage.

Algorithme d'apprentissage de Widrow-Hoff

Cet algorithme est une variante très utilisée de l'algorithme précédent. Au lieu de calculer les variations des poids en sommant sur tous les exemples de S, l'idée est de modifier les poids à chaque présentation d'exemple. La règle de modification des poids donnée dans l'équation ?? devient :

D wi = e (cs - os) xis     (3.15)

Cette règle est appelée règle delta, ou règle Adaline, ou encore règle de Widrow-Hoff d'après le nom de ses inventeurs. L'algorithme s'écrit alors :

Algorithme de Widrow-Hoff :
Entrée : un échantillon S de Rn × {0,1} ; e
Initialisation aléatoire des poids wi pour i entre 1 et n
Répéter
Prendre un exemple (x®,c) dans S
Calculer la sortie o du perceptron pour l'entrée x®
- - Mise à jour des poids - -
Pour i de 1 à n
wi ¬ wi + e (c-o)xi
finpour
finRépéter
Sortie : Un perceptron P défini par (w0, w1, ..., wn)

En général, on parcourt l'échantillon dans un ordre prédéfini. Le critère d'arrêt généralement choisi est : pour un passage complet de l'échantillon, toutes les modifications de poids sont en dessous d'un seuil prédéfini.

Au coefficient e près dans la règle de modification des poids, on retrouve l'algorithme d'apprentissage par correction d'erreur. Pour l'algorithme de Widrow-Hoff, il y a correction chaque fois que la sortie totale (qui est un réel) est différente de la valeur attendue (égale à 0 ou 1). Ce n'est donc pas une méthode d'apprentissage par correction d'erreur puisqu'il y a modification du perceptron dans (presque) tous les cas. Rappelons également que l'algorithme par correction d'erreur produit en sortie un perceptron linéaire à seuil alors que l'algorithme par descente de gradient produit un perceptron linéaire. L'avantage de l'algorithme de Widrow-Hoff par rapport à l'algorithme par correction d'erreur est que, même si l'échantillon d'entrée n'est pas linéairement séparable, l'algorithme va converger vers une solution << optimale >> (sous réserve du bon choix du paramètre e). L'algorithme est, par conséquent, plus robuste au bruit (voir Figure ??).

L'algorithme de Widrow-Hoff s'écarte de l'algorithme du gradient sur un point important : on modifie les poids après présentation de chaque exemple en fonction de l'erreur locale et non de l'erreur globale. Rien ne prouve donc que la diminution de l'erreur en un point ne va pas être compensée par une augmentation de l'erreur pour les autres points. La justification empirique de cette manière de procéder est commune à toutes les méthodes adaptatives : le champ d'application des méthodes adaptatives est justement l'ensemble des problèmes pour lesquels des ajustements locaux vont finir par converger vers une solution globale.

L'algorithme de Widrow-Hoff est très souvent utilisé en pratique et donne de bons résultats. La convergence est, en général, plus rapide que par la méthode du gradient. Il est fréquent pour cet algorithme de faire diminuer la valeur de e en fonction du nombre d'itérations comme pour l'algorithme du gradient.

3.2.5 Conclusion

En conclusion, l'apprentissage par perceptron ou par la méthode du gradient ne sont rien d'autre que des techniques de séparation linéaire qu'il faudrait comparer aux techniques utilisées habituellement en statistiques. Ces méthodes sont non paramétriques, c'est-à-dire qu'elles n'exigent aucune autre hypothèse sur les données que la séparabilité.

On peut montrer que << presque >> tous les échantillons de moins de 2n exemples sont linéairement séparables lorsque n est le nombre de variables. Une classification correcte d'un petit échantillon n'a donc aucune valeur prédictive. Par contre, lorsque l'on travaille sur suffisamment de données et que le problème s'y prête, on constate empiriquement que le perceptron appris par un des algorithmes précédents a un bon pouvoir prédictif.

Il est bien évident que la plupart des problèmes d'apprentissage qui se posent naturellement ne peuvent pas être résolus par des méthodes aussi simples : il n'y a que très peu d'espoir que les exemples << naturels >> se répartissent << sagement >> de part et d'autre d'un hyperplan. Une manière de résoudre cette difficulté serait soit de mettre au point des séparateurs non-linéaires, soit (ce qui revient à peu près au même) de complexifier l'espace de représentation de manière à linéariser le problème initial. C'est ce que permettent de faire les réseaux multicouches que nous étudions maintenant.

3.3 Les réseaux multi-couches

3.3.1 Introduction et définition de l'architecture

Un perceptron linéaire à seuil est bien adapté pour des échantillons linéairement séparables. Cependant, dans la plupart des problèmes réels, cette condition n'est pas réalisée. Un perceptron linéaire à seuil est constitué d'un seul neurone. On s'est très vite rendu compte qu'en combinant plusieurs neurones le pouvoir de calcul était augmenté. Par exemple, dans le cas des fonctions booléennes, il est facile de calculer le XOR en utilisant deux neurones linéaires à seuil. Cet exemple est présenté dans la figure ??.




Figure 3.11 : Il suffit de rajouter un neurone intermédiaire entre la rétine et la cellule de décision pour pouvoir calculer le XOR


La notion de perceptron multi-couches (PMC) a ainsi été définie. On considère une couche d'entrée qui correspond aux variables d'entrée, une couche de sorties, et un certain nombre de couches intermédiaires. Les liens n'existent qu'entre les cellules d'une couche avec les cellules de la couche suivante. Le XOR peut être calculé par un perceptron multi-couches présenté dans la figure ?? en transformant légèrement le réseau présenté dans la figure ??.




Figure 3.12 : PMC pour le XOR ; les liens avec poids nul ne sont pas représentés


Définition 8   Un réseau de neurones à couches cachées est défini par une architecture vérifiant les propriétés suivantes : La dynamique du réseau est synchrone.

Le réseau présenté dans la figure ?? pour le calcul du XOR est un réseau à une couche cachée. L'architecture d'un réseau à couches cachées est sans rétroaction. Dans notre définition, nous avons supposé qu'une cellule avait pour entrée toutes les cellules de la couche précédente, ce peut être un sous-ensemble des cellules de la couche précédente. Ce qui est primordial dans la définition, c'est que les entrées appartiennent uniquement à la couche précédente, c'est-à-dire que la structure en couches est respectée et qu'il n'y a pas de rétroaction.

Supposons que les cellules élémentaires soient des perceptrons linéaires à seuil, on parle alors de perceptrons multi-couches (PMC) linéaire à seuil. Soit n variables binaires, il est facile de montrer que le OU n-aire est calculable par un perceptron linéaire à seuil et que toute conjonction sur les littéraux définis à partir des n variables est calculable par un perceptron linéaire à seuil. Étant donné une fonction booléenne sur n variables, cette fonction peut être mise sous forme normale disjonctive, il suffit alors que chaque cellule de la couche cachée calcule une conjonction et que la cellule de sortie calcule la disjonction des résultats. Nous avons ainsi démontré que :

Proposition 1   Toute fonction booléenne peut être calculée par un PMC linéaire à seuil comprenant une seule couche cachée.

Cependant, si l'on utilise cette méthode pour construire un réseau de neurones pour calculer une fonction booléenne quelconque, la couche cachée pourra contenir jusqu'à 2n neurones (où n est la taille de la rétine), ce qui est inacceptable en pratique. On peut montrer par ailleurs que cette solution est loin d'être la meilleure (voir le cas de la fonction parité dans l'exercice ??).

Pour pouvoir utiliser les réseaux multi-couches en apprentissage, deux choses sont indispensables : Le premier point est encore un sujet de recherche actif : quelques algorithmes d'apprentissage auto-constructifs ont été proposés. Leur rôle est double : Il semble assez facile de concevoir des algorithmes auto-constructifs qui classent correctement l'échantillon, mais beaucoup plus difficile d'en obtenir qui aient un bon pouvoir de généralisation.

Il a fallu attendre le début des années 80 pour que le deuxième problème trouve une solution : l'algorithme de rétropropagation du gradient, découvert simultanément par des équipes française et américaine. Cet algorithme est, comme son nom l'indique, basé sur la méthode du gradient. Il est donc nécessaire de considérer des fonctions d'erreur dérivables. Ceci implique qu'il n'est pas possible de considérer comme cellule élémentaire un perceptron linéaire à seuil. L'idée est alors de prendre comme cellule élémentaire un perceptron linéaire. Malheureusement, dans ce cas, l'introduction de cellules supplémentaires n'augmente pas l'expressivité. En effet, une combinaison linéaire de fonctions linéaires est une fonction linéaire ! Nous allons donc avoir besoin de considérer une nouvelle cellule élémentaire. La sortie de cette cellule sera une fonction de variable réelle dérivable qui est une approximation de la fonction de Heaviside. Nous donnons dans la section suivante la définition d'une telle cellule et présentons l'algorithme de rétropropagation du gradient.

3.3.2 L'algorithme de rétropropagation du gradient

Définition du PMC

La fonction sigmoïde de paramètre k>0 est définie par :

sk(x) =
ekx
ekx+1
=
1
1+e-kx
    (3.16)

Cette fonction est une approximation indéfiniment dérivable de la fonction à seuil de Heaviside, d'autant meilleure que k est grand. Nous prendrons k=1 dans la suite, soit la fonction s (voir figure ??) définie par :

s(x) =
ex
ex+1
=
1
1+e-x
    (3.17)




Figure 3.13 : La fonction sigmoïde


On peut remarquer que la dérivée de la fonction s est simple à calculer :

s'(x) =
ex
(1+ex)2
= s(x)(1-s(x))     (3.18)

Il est essentiel que ce calcul soit simple car la dérivée de cette fonction sera utilisée dans la règle de mise à jour des poids par l'algorithme de rétropropagation du gradient. On utilise aussi parfois, pour cette raison, la fonction th(x) qui est une approximation de la fonction de Heaviside dont la dérivée est égale à 1-th2(x). Nous pouvons maintenant définir les réseaux considérés dans la suite de ce cours :

Définition 9   Une cellule élémentaire à n entrées réelles x®= (x1,...,xn) est définie par les poids synaptiques réels w®= (w1,...,wn) et la sortie o est calculée par la formule suivante :

o(
®
x
 
) =
1
1+e-y
y=
®
x
 
.
®
w
 
=
n
å
i=1
wi xi     (3.19)

un perceptron multi-couches (PMC) est un réseau de neurones à couches cachées avec les cellules élémentaires ainsi définies.

Introduction de l'algorithme
Le principe de l'algorithme est, comme dans le cas du perceptron linéaire, de minimiser une fonction d'erreur. Il s'agit ensuite de calculer la contribution à cette erreur de chacun des poids synaptiques. C'est cette étape qui est difficile. En effet, chacun des poids influe sur le neurone correspondant, mais, la modification pour ce neurone va influer sur tous les neurones des couches suivantes. Ce problème est parfois désigné sous le nom de << Credit Assignment Problem >>.

Soit un PMC défini par une architecture à n entrées et à p sorties, soit w® le vecteur des poids synaptiques associés à tous les liens du réseau. L'erreur du PMC sur un échantillon d'apprentissage S d'exemples (x®s,c®s) est définie par :

E(
®
w
 
) = 1/2
 
å
(
®
x
 
s,
®
c
 
s)Î S
p
å
k=1
(cks - oks)2     (3.20)

oks est la k-ième composante du vecteur de sortie o®s calculé par le PMC sur l'entrée x®s. L'erreur mesure donc l'écart entre les sorties attendue et calculée sur l'échantillon complet. On suppose S fixé, le problème est donc de déterminer un vecteur w® qui minimise E(w®). Cependant, de la même façon que pour le perceptron avec la règle de Widrow-Hoff, plutôt que de chercher à minimiser l'erreur globale sur l'échantillon complet, on cherche à minimiser l'erreur sur chaque présentation individuelle d'exemple. L'erreur pour un exemple est :

E
 
(
®
x
 
,
®
c
 
)
(
®
w
 
) = 1/2
p
å
k=1
(ck - ok)2     (3.21)

Nous notons E la fonction E(x®,c®), E est une fonction des poids synaptiques, pour appliquer la méthode du gradient, il nous faut évaluer les dérivées partielles de cette fonction E par rapport aux poids synaptiques. Les calculs qui suivent sont faciles. La seule complication provient de la complexité des notations et des indices utilisés, complication due à la structure du PMC. Nous utilisons les notations suivantes (voir figure ??) :




Figure 3.14 : notations utilisées


Il nous reste maintenant à évaluer E(w®)/ wij que nous noterons E/ wij. Tout d'abord remarquons que wij ne peut influencer la sortie du réseau qu'à travers le calcul de la quantité yi, ce qui nous autorise à écrire que :

E
wij
=
E
yi
yi
wij
=
E
yi
xij     (3.22)

Il nous suffit donc de calculer E/ yi, pour cela, nous allons distinguer deux cas : le cas où la cellule i est une cellule de sortie et le cas où c'est une cellule interne.
La cellule i est une cellule de sortie
Dans ce cas, la quantité yi ne peut influencer la sortie du réseau que par le calcul de oi. Nous avons donc :
E
yi
=
E
oi
oi
yi
    (3.23)

Nous allons maintenant calculer chacune des deux dérivées partielles apparaissant dans l'équation ??. Pour la première de ces deux dérivées nous avons :

E
oi
=
oi
1
2
p
å
k=1
(ck - ok)2

Seul le terme correspondant à k=i a une dérivée non nulle, ce qui nous donne finalement :
E
oi
=
oi
1
2
(ci - oi)2 = -(ci-oi)     (3.24)
Pour la seconde des deux dérivées de l'équation ??, en utilisant la définition du calcul de la sortie d'une cellule élémentaire et la formule de calcul de la dérivée de la fonction sigmoïde donnée en ??, nous avons :
oi
yi
=
s(yi)
yi
= s(yi)(1-s(yi))=oi(1-oi)     (3.25)

En substituant les résultats obtenus par les équations ?? et ?? dans l'équation ??, nous obtenons :
E
yi
= -(ci-oi)oi(1-oi)     (3.26)

La cellule i est une cellule interne
Dans ce cas, la quantité yi va influencer le réseau par tous les calculs des cellules de l'ensemble Succ(i). Nous avons alors :
E
yi
=
 
å
k Î Succ(i)
E
yk
yk
yi
=
 
å
k Î Succ(i)
E
yk
yk
oi
oi
yi
=
 
å
k Î Succ(i)
E
yk
× wki × oi (1-oi)

Soit encore :
E
yi
= oi(1-oi)
 
å
k Î Succ(i)
E
yk
× wki     (3.27)
Par l'étude de ces deux cas, nous avons obtenu deux équations ?? et ?? qui nous permettent de calculer les dérivées partielles E/ yi pour toute cellule i. Le calcul devra être fait pour les cellules de sortie puis des cellules de l'avant-dernière couche jusqu'aux cellules de la première couche. C'est pour cette raison que l'on parle de << rétropropagation >>. Grace à l'équation ??, nous pouvons calculer toutes les dérivées partielles E(w®)/ wij. Enfin, pour en déduire la modification à effectuer sur les poids synaptiques, il nous reste simplement à rappeler que la méthode du gradient nous indique que :

D wij = - e
E(
®
w
 
)
wij
    (3.28)

Tous les éléments sont donc en place pour nous permettre de définir l'algorithme de rétropropagation du gradient.

Algorithme de rétropropagation du gradient

Pour écrire l'algorithme, nous allons simplifier quelques notations. Nous appelons di la quantité - E/ yi. En utilisant les équations ?? , ?? , ?? et ??, nous obtenons les formules suivantes :

pour une cellule i de sortie, nous avons :
di = oi(1-oi)(ci-oi)     (3.29)

pour une cellule i interne, nous avons :
di = oi(1-oi)
 
å
k Î Succ(i)
dk wki     (3.30)

la modification du poids wij est alors définie par :

D wij = e xij di     (3.31)

On peut faire les remarques suivantes :

Il ne reste qu'à écrire l'algorithme.

Algorithme de rétropropagation du gradient :
Entrée : un échantillon S de Rn × Rp ; e
un PMC avec une couche d'entrée C0, q-1 couches cachées C1, ..., Cq-1,
une couche de sortie Cq, n cellules.
Initialisation aléatoire des poids wi dans [-0.5,0.5] pour i entre 1 et n
Répéter
Prendre un exemple (x®,c®) de S et calculer o®
- - calcul des di par rétropropagation
Pour toute cellule de sortie i   di ¬ oi(1-oi)(ci-oi) finPour
Pour chaque couche de q-1 à 1
Pour chaque cellule i de la couche courante
di = oi(1-oi) åk Î Succ(i) dk wki
finPour
finPour
- - mise à jour des poids
Pour tout poids wij ¬ wij + e di xij finPour
finRépéter
Sortie : Un PMC défini par la structure initiale choisie et les wij

Remarques

3.3.3 Applications

De nombreuses applications de l'algorithme de rétropropagation du gradient ont été réalisées. Parmi les plus souvent citées, nous en mentionnons deux : NetTalk de Sejnowski et les familles italo-américaines de Hinton

NetTalk
NetTalk est un réseau qui a appris à transformer un texte (en anglais) en une suite de phonèmes correspondant à sa lecture. Couplé en entrée à un scanner et à un OCR et en sortie à un synthétiseur de paroles, ce réseau est donc capable de lire un texte à haute voix.

Description de l'architecture du réseau :




Figure 3.15 : NetTalk


Le réseau comprend donc au total 309 neurones et comme les connexions sont complètes d'une couche à l'autre, 18320 connexions.

D'après les résultats publiés : 50000 mots appartenant à un corpus de 1000 mots ont été présentés au réseau. Le temps d'apprentissage a été : une nuit sur un VAX 780. Les performances : 95% pour l'ensemble d'apprentissage et 75% pour les nouveaux mots.

Citons à ce propos Jean-Pierre Nadal : << Dans ses conférences, T. Sejnowski faisait entendre à l'auditoire un enregistrement sonore pris à divers moments au cours de la phase d'apprentissage. On pouvait alors entendre le réseau d'abords balbutier, puis on distinguait un découpage du texte en phrases, jusqu'à finalement une lecture raisonnable du texte. L'effet est évidemment spectaculaire, et il n'y a pas de doute, qu'à la suite de ces démonstrations, nombreux sont ceux qui se sont convertis au connexionnisme, si je puis dire ...On a ainsi vu, et ceci principalement aux Etats-Unis, se développer la vague, née en 1985, d'une activité impressionnante de ceux pour qui, << ça y était >> : pour résoudre n'importe quel problème, il suffit de mettre dans une boîte noire quelques neurones artificiels, d'injecter une base de données et de laisser tourner la << backprop >> pendant une nuit ; au matin, miracle, on retrouve une machine intelligente. Comme l'a dit Y. Le Cun, l'un des inventeurs de l'algorithme, l'usage de la RPG (rétropropagation du gradient) est à la fois wide et wilde (large et sauvage) ...

En fait, les performances de NetTalk étaient loin d'être exceptionnelles, si on les compare à ce qui se fait de mieux dans ce domaine de la lecture automatique. Il n'empêche que c'est une très jolie application, qu'on peut considérer comme le prototype de l'utilisation de la RPG pour un problème réel. Cette simulation démontre le pouvoir potentiel des réseaux de neurones : un temps de calcul raisonnable, une mise en oeuvre facile, et des performances acceptables. Mais elle montre aussi les limitations de l'approche : les performances ne sont que acceptables. >>

Les familles italo-américaines
Les deux arbres généalogiques ci-dessous présentent les relations entre les membres de deux familles comprenant chacune 12 personnes. On remarque que ces arbres sont isomorphes. Les relations sont : père, mère, mari, femme, fils, fille, oncle, tante, frère, soeur, neveu et nièce.

On souhaite faire apprendre ces relations à un réseau de neurones, c'est-à-dire que pour tout triplet de la forme (<personne1>,<relation>,<personne2>) décrit dans l'un des deux arbres, et toute entrée égale à (<personne1>,<relation>), le réseau calcule la réponse (<personne2>).





Figure 3.16 : Les familles américaines et italiennes de Hinton


Pour cela, Hinton utilise un réseau à 3 couches cachées dont l'architecture est décrite ci-dessous. Un groupe de 24 cellules d'entrée sert à coder les 24 personnes possibles. Un deuxième groupe de 12 cellules d'entrée sert à coder les relations. Chacun de ces groupes est connecté à un groupe de 6 cellules. Le rôle de cette couche est de coder l'information en entrée de manière optimale relativement au problème posé. La couche centrale contient 12 cellules ; c'est à ce niveau que la liaison persone-relation doit s'effectuer. L'avant dernière couche contient 6 cellules qui devra contenir une version codée de la sortie.




Figure 3.17 : Le réseau


Le réseau a été entrainé sur 100 des 104 relations possibles et après apprentissage prolongé, il a été capable de généraliser correctement sur les 4 exemples restants. Citons Hinton à ce propos :

<<It generalized correctly because during the training it learned to represent each of the people in terms of important features such as age, nationality, and the branch of the family tree that they belonged to, even these << semantic >> features were not at all explicit in the input or output vectors. Using these underlying features, much of the information about family relationships can be captured by a fairly small number of << micro-inferences >> between features. For example, the father of a middle-aged person is an old person, and the father of an Italian person is an Italian person. So the features of the output person can be derived from the features of the input person and of relationship. The learning procedure can only discover these features by searching for a set of features that make it easy to express the associations. Once these features have been discovered, the internal representation of each person (in the first hidden layer) is a distributed pattern of activity and similar people are represented by similar patterns. Thus the network constructs its own internal similarity metric. This is a significant advance over simulations in which good generalization is achieved because the experimenter chooses representations that already have an appropriate similarity metric>>.

3.3.4 Conclusion

Autant le perceptron est un dispositif très rudimentaire d'apprentissage, autant des algorithmes comme la rétropropagation du gradient appliqué à des réseaux multicouches permettent d'aborder des problèmes déjà très complexes. Parmi les applications les plus fréquentes de ces réseaux, on peut noter :


Précédent Index Suivant